Thomas Andrews, Shipbuilder de Shan F. Bullock

Thomas Andrews, ShipbuilderNb. pages : 100
Date de parution : 1er Avril 1999
Éditions : Blackstaff Press Ltd
Collection : New edition
Prix : 3.55 £
Genre : Biographie
Langue : Anglais

Résumé (traduction perso):
Écrit au lendemain de la catastrophe du Titanic, il s’agit d’une biographie de Thomas Andrews, le concepteur du navire.

Extrait :
In appearance he made a fine figure, standing nearly six feet high, weighing some two hundred pounds, well-built, straight, with broad shoulders and great physical development. He had dark brown hair, sharp clean-shaven features; you would call him handsome; his brown eyes met yours with a look of the frankest kindliness, and when he gripped your hand he took you, as it were, to himself. Even as you see him in a portrait you feel constrained to exclaim, as many did at first sight of him, « Well, that’s a man! » He had a wonderful ringing laugh, an easy way with him, an Irishman’s appreciation of humour. He was sunny, big-hearted, full of gaiety. He loved to hear a good story, and could tell you one as well as another. […]



Mon avis :
J’ai beaucoup d’admiration pour Thomas Andrews, que ce soit pour son parcours, son caractère et sa personnalité ou bien pour tout ce qu’il a fait durant le naufrage !
On apprend à le connaître, on suit son ascension chez Harland & Wolff où il a commencé sur le chantier, pour devenir Directeur Général de l’entreprise, lorsque Lord Pirrie rencontre quelques problèmes de santé. Mais Thomas Andrews considérera toujours les ouvriers comme ses « copains ».
On découvre ses goûts, ses loisirs, les sports qu’il aime : cricket et hockey. On découvre ce pour quoi il se bat. Qu’il était pour le droit des travailleurs. Qu’il était également pour (lorsque c’était économiquement possible) encourager les travailleurs par le moyen d’un système de partage des bénéfices ! Et chose très rare, il était admiré, même dans le sud de l’Irlande !
On suit également Thomas Andrews du départ de Belfast, le 2 avril 1912, pour Southampton et au départ le 10 avril, jusqu’au jour du naufrage, dont certaines lettres et certains télégrammes envoyé à sa femme. Nous avons un aperçu beaucoup plus complet de ce qu’il a fait à bord durant ces quatre jours (sans compter le voyage de Belfast à Southampton), comme prendre des notes sur le travail qu’il reste à faire, discuter des plans de futurs navires, faire faire le tour du paquebot aux propriétaires, etc. … Les nombreux témoignages nous font également suivre Thomas Andrews sur le paquebot, notamment après le départ de Queenstown.
On en apprend beaucoup plus sur l’homme qui a construit le Titanic (et d’autres navires) et qui a essayé de sauver le plus de monde possible sans penser à lui-même, grâce à de nombreux témoignages de survivants, tous unanimes sur le fait qu’il s’est conduit en héro cette nuit-là !
N’oublions pas qu’au départ, il n’était pas prévu que Thomas Andrews fasse la traversée à bord du Titanic. Lord Pirrie ayant des ennuis de santé, l’a nommé directeur général et c’est donc lui qui a fait la traversée à sa place.

______
Coup de coeu
______
 ______

Publié le 03/05/2013 sur l’ancien blog : Les Lectures de Roxy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s