La Terre Brûlée de James Dashner

La Terre BrûléeFait partie de : L’Épreuve (Tome 2/4)
Nb. pages : 414
Date de parution : 14 août 2013
Éditions : Pocket Jeunesse
Prix : 18.50 €
Genre : Science-Fiction / Dystopie

Résumé :
Thomas en était sûr, la sortie du labyrinthe marquait la fin de l’épreuve. Mais, à l’extérieur, il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernement, plus d’ordre… et des hordes de gens infectés, en proie à une folie meurtrière, errent dans les villes en ruines.
Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au cœur de cette terre brûlée, parviendra-t-il à trouver la paix… et un peu d’amour ?



Mon avis :
Je voulais le lire avant d’aller le voir au cinéma. Voilà qui est chose faite.

L’écriture (traduction) est toujours aussi fluide, cependant, j’ai eu plus de mal à le lire. Mais cela n’a rien à voir avec l’écriture de l’auteur, c’est juste une question de personnage. Je vous en parle juste tout de suite.

En ce qui concerne les personnages, vous le savez, mon grand préféré, est Newt. J’ai adoré le retrouver dans ce deuxième tome. Je le trouve toujours aussi charismatique (je l’aurais même bien vu dans le rôle du leader). Et j’aime de plus en plus son personnage. C’est pour cela que j’ai été déçue de passer près de 50% du livre avec seulement Thomas.
Pour enchaîner sur le personnage de Thomas, vous le savez également, je n’aime pas vraiment son personnage. Je n’accroche pas du tout. Je ne saurais trop vous dire pourquoi, mais entre lui et moi, ça ne passe pas. Donc, ça a été dur de ne suivre quasi que Thomas environ de la moitié du livre jusqu’aux 100 dernières pages. J’ai même mis le livre en pause pendant plusieurs mois, avant de m’y remettre. Il faut dire que pour un personnage principale, c’est plutôt dommage, quand on n’arrive pas à s’y attacher.
Sinon, je n’ai pas de problèmes avec les autres personnages. J’aime bien Minho, qui a des répliques vraiment excellentes et qui détendent souvent l’atmosphère.

L’histoire, elle, tient toujours la route et on découvre ici la Terre Brûlée, où il est extrêmement difficile de survivre. On a vraiment envie d’en savoir plus, d’avoir des réponses.

La première moitié était très bien partie, et ensuite, j’ai beaucoup moins accroché à cause de Thomas, et non à cause de l’histoire en elle-même. La fin laisse beaucoup de suspens et l’épilogue nous donne encore plus un aperçu de jusqu’où l’organisation pousse le vice.
Je me plonge dans la suite de ce pas et j’ai vraiment hâte de retrouver Newt.

__

__Bande annonce du film :

__

___
Avis des partenaires :
_____

Le Labyrinthe de James Dashner

Le LabyrintheFait partie de : L’Épreuve (Tome 1/4)
Nb. pages : 410
Date de parution : 4 octobre 2012
Éditions : Pocket Jeunesse
Prix : 18.50 €
Genre : Science-Fiction / Dystopie

Résumé :
Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d’enfants. Il s’agit d’une ferme située au centre d’un labyrinthe peuplé de monstres d’acier terrifiants. Les ados n’ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu’ils font là. Ils n’ont qu’un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les coureurs parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans, des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu’il veut être coureur et résoudre l’énigme du labyrinthe.



Mon avis :
C’est la bande annonce du film, qui m’a amenée à lire ce livre. J’étais certaine d’aimer cet univers.

L’écriture (traduction) est fluide, ça se lit vraiment tout seul et on tourne les pages par réflexe, pour savoir la suite et savoir ce qu’il s’y passe.

En ce qui concerne les personnages, je ne me suis pas attachée au personnage principal (héros). Mais alors, pas du tout ! Et c’est bien la première fois, dans un livre. Je l’ai trouvé plutôt énervant et au bout d’un moment, ça fait beaucoup. Mais attention, je ne dis pas que les personnages sont nuls. Je me suis énormément attachée à Newt, mon préféré, qui se trouve être le co-leader du groupe et qui a beaucoup de charisme. Je me suis également attachée à Chuck, qui m’a beaucoup fait sourire et rire.

J’ai beaucoup aimé l’histoire, qui est intrigante, mystérieuse et vraiment prenante et addictive. Mais j’ai eu un petit problème avec la fin, qui m’a laissée mitigée. Je reste perplexe, quand au pourquoi du comment (dur de ne pas trop en dire). Mais, au contraire, j’ai adoré l’épilogue, qui en fait, nous montre très bien l’étendue de la chose, sans trop nous en dévoiler et nous laisse donc avec une grande envie de lire le second livre.
Et j’ai même versé ma larme, à la fin, vu ce qui arrive. Et c’est peut-être aussi cela, qui m’a un peu déçu à la fin. C’est le seul moment où je me suis un peu identifiée à Thomas. Sinon, du début à la fin du roman, je n’ai vraiment pas accroché à son personnage.

Donc ce n’est pas un coup de cœur, mais j’ai passé un très bon moment de lecture, même si je n’ai pas aimé le personnage principal. Heureusement qu’il y a des personnages secondaires qui m’ont énormément plus.
Bref, je n’ai qu’une hâte, c’est d’aller voir le film, qui à l’air extra ! Et j’ai surtout très envie de voir Newt et Chuck à l’écran, même si je vais sûrement verser ma larme, à la fin du film, comme dans le livre.
Je suis toujours une grande fan de dystopies.

__

__Bande annonce du film :

__

___
Avis des partenaires :
_____

La Stratégie Ender de Orson Scott Card

La Stratégie EnderFait partie de : Le Cycle d’Ender (Tome 1/6)
Nb. pages : 380
Date de parution : 2 octobre 2013
Première parution France : 1986
Éditions : J’ai Lu
Collection : J’ai Lu science-fiction
Prix : 6.56 €
Genre : Science-Fiction

Résumé :
Andrew Wiggin, dit Ender, n’est pas un garçon comme les autres. Depuis sa naissance, ses faits et gestes sont observés par l’intermédiaire d’un moniteur greffé dans son cerveau. Car ceux qui l’ont conçu ambitionnent de faire de lui le plus grand général de tous les temps, le seul capable de sauver ses semblables de l’invasion des doryphores. Et alors qu’Ender suit pas à pas le chemin de son apprentissage de guerrier, ses créateurs mesurent la gravité de leur choix : en donnant naissance à un monstre, n’ont-ils pas damné l’humanité elle-même ?



Mon avis :
C’est la bande annonce du film, qui m’a amenée à lire ce livre. J’ai donc attendu la sortie de la nouvelle édition, avant de l’acheter.
La bande annonce est centrée sur l’action, ce qui est tout le contraire de ce livre. Cette lecture aura été un très très gros coup de cœur.

Nous suivons Ender, le Troisième de la famille Wiggin, dans un monde où les naissances sont généralement limitées à deux enfants, à cause de la surpopulation de la Terre. Ce jeune garçon de six ans a été surveillé par le biais d’un moniteur (comme les autres enfants) et maltraité par ses camarades de classes et son grand-frère. Il partira ensuite pour l’École de Guerre, où il sera formé dans le but défendre la Terre contre une troisième invasion des doryphores (extra-terrestres insectoïdes). À partir de là, commence une nouvelle vie pour Ender au sein de l’École de Guerre et autant dire que la formation d’Ender fait partie d’un plan à beaucoup plus grande échelle.

Chaque chapitre commence avec un dialogue entre des professeurs et des membres de la F.I. (Flotte Internationale), ce qui nous donne un point de vue extérieur sur ce qui arrive à Ender et qui démontre toute l’horreur de ce qu’il subi. Et par cela, on peut clairement dire qu’on lui a volé son innocence.
Les personnages sont très bien, mais celui que l’on voit le plus est Ender, puisque une très grande majorité du récit ce déroule selon son point de vue. C’est un enfant attachant, qui n’a pas eu une enfance facile, mais il est tout de même difficile de le considéré comme un enfant. En effet, Ender n’agit et ne parle pas comme un enfant, alors qu’au début du roman, il n’a que six ans ! Son personnage est très attachant, on ressent ce qu’il ressent, on le comprend… c’est rare, je trouve de comprendre un personnage à ce point ! Et je trouve ça génial, car on a l’impression de le connaître. Le parcours d’Ender n’est pas de tout repos pour lui, car les militaires le poussent dans ses propres limites et certains camarades s’en prennent à lui. C’est assez dur à supporter pour Ender et pour le lecteur également, car on se prend d’affection pour lui. C’est un personnage dont le mental évolue beaucoup dans les années durant lesquelles nous le suivons.
La majeure partie du roman se déroule à l’École de Guerre, donc certains pourront trouver certains passages assez long. Cela n’a pas été mon cas. Je ne me suis pas ennuyée ! On suit les confrontations entre les différentes armées de l’école, la vie dans l’enceinte de l’école, les relations entre les élèves, les rivalités et tout ça se lit très bien.
Les stratégies militaires ne sont pas extrêmement complexes, ce qui fait que l’on arrive à suivre et on s’intègre bien à l’univers. D’ailleurs, la technologie utilisée dans le livre est à la pointe de la technologie, car les personnages disposent de réseaux sociaux et de sortes de tablettes ou ordinateurs portables… et le livre à été écrits en 1985 (il y a 28 ans).
L’histoire suit une évolution régulière et est logique. Il y a des révélations auxquelles on ne s’attend pas, notamment à la fin du roman, soit dans les deux derniers chapitres. J’ai vraiment aimé ces révélations et le fait qu’elles ouvrent quelque chose d’intéressant pour la suite du Cycle d’Ender.
Ce livre nous fait beaucoup réfléchir et on se pose plein de questions et pas forcément sur l’histoire, mais des questions comme : jusqu’où peut-on pousser les limites de quelqu’un ? Dans quelles mesure doit-on livrer une guerre face à un opposant dont nous ne savons rien et avec qui nous ne pouvons pas communiquer ?

L’auteur a fait un très très bon travail avec ce livre. Moi qui ne suis pas du tout SF (surtout dans l’espace), j’ai été charmée et emportée par ce superbe récit, qui n’est pas basé sur l’action, mais sur la psychologie. C’est un récit humaniste et centré sur un jeune garçon.
Je ne peux que vous le conseiller.

Ce roman a également reçu les Prix Hugo et Nebula !

______
______
Coup de coeu

 

__

__Bande annonce du film :

__

___
Avis des partenaires :
______