I.G.H. de J.G. Ballard

I.G.H BLOGFait partie de : La Trilogie de Béton (Tome 3/3)
Nb. pages : 241
Date de parution : 13 mars 2014
Éditions : Folio
Prix : 9.20 €
Genre : Science-Fiction / Gaming

Résumé :
Dans Crash!, le narrateur développe une obsession sexuelle pour la tôle froissée, pour les accidents de voiture qui modifient, à coups de poignards de chrome, l’intimité du corps humain.
Dans L’île de béton, une sortie de route isole le héros en contrebas d’une autoroute. Le voici moderne Robinson Crusoé sur un îlot surplombé d’un échangeur, là où personne ne s’arrête.
Enfin, I.G.H. dépeint une nouvelle forme de guerre : dans une tour de quarante étages, la population se scinde en clans. Ses comportements violents deviennent dignes de notre préhistoire.



Mon avis :
J’ai eu le plaisir d’effectuer la lecture de ce tome en lecture commune avec Nathalie, du blog Nathoue Lecture.
Je pense que je n’aurais jamais lu ce livre, si je n’avais pas vu la bande annonce de son adaptation au cinéma « High-Rise », avec Tom Hiddleston. Et je dois dire que la bande annonce était très intrigante. Alors, je me suis laissée tenter.

J’ai un sentiment plutôt mitigé envers ce roman. Je ne sais toujours pas trop quoi en penser, et c’est la première fois que ça m’arrive de cette manière.
La vie à l’intérieur de ce gratte-ciel de 40 étage et quelques milliers de logements semble idéale, avec ses infrastructures commerciales, sportives, etc…. jusqu’au moment où les habitants vont être plongés en pleine déchéance.

Je ne vais pas vraiment parler de personnages en particulier, mais des habitants de l’immeuble en général. Ils ont assez rapidement des comportements de plus en plus violents. Du fait de cette rapidité, j’ai eu par exemple du mal à cerner le personnage de Robert Laing. J’avais l’impression que pour les personnages, la violence dont ils font preuve est une sorte de libération et non de régression de leur comportement. C’est comme ça que je l’ai vécu en lisant ce roman.

Cette chronique est loin d’être parfaite, mais dans le cas de ce roman, je ne sais pas du tout comment retranscrire mon ressentiment sans m’embrouillé. Alors il est clair que je relirais ce roman une seconde fois d’ici quelques mois, histoire d’avoir les idées un peu plus claire et peut-être voir quelques passages différemment.

Pour conclure, je dirais que la base est très intéressante et intrigante, mais amenée d’une manière qui m’a laissée mitigée. Une deuxième lecture sera nécessaire pour étoffer un peu plus mon avis et mettre le doigt sur ce sentiment que je n’arrive toujours pas é définir présentement.

___

___
Avis des partenaires :
Nathoue Lecture
_____

Star Trek : Countdown To Darkness de Mike Johnson

Star Trek Countdown to Darkness BLOGFait partie de : Star Trek (Hors-série)
Scénario/Histoire : Mike Johnson & Roberto Orci
Dessins / couleurs : David Messina / Marina Castelvetro & Claudia Scarletgothica
Nb. pages : 104
Date de parution : 23 avril 2013
Éditions : IDW Publishing
Prix : 17.67 €
Genre : Science-Fiction / Comics
Langue : Anglais

Résumé :
Lors d’une mission d’enquête de routine, concernant une planète lointaine, le Capitaine James Kirk et l’équipage de l’Enterprise se retrouvent impliqués dans un conflit vieux de plusieurs décennies entre deux factions de la population indigène. Les flammes de leur conflit ont été attisées par la présence inattendue d’un ancien capitaine de l’Enterprise, longtemps présumé mort.
[Traduction perso.]



Mon avis :
Celui-ci me faisait tout particulièrement envie de par son titre « Countdown To Darkness », qui à lui tout seul, laisse présager un préquel au film de 2013 « Star Trek Into Darkness ».  J’avais vraiment hâte d’avoir un peu plus de détails sur la dernière mission de l’Enterprise, avant d’arriver sur Nibiru.
Ce Comics est séparé en 4 numéros, mais ils forment une continuité. Je ne séparerais donc pas mon avis en quatre parties.

Je ne reviendrais pas sur un résumé de l’histoire, ce serait paraphrasé le résumé de la quatrième de couverture.

Dans ce volume-ci, le dessinateurs n’est pas mon préféré, parce que la représentation des personnages n’est pas encore « parfaite ». Cependant, je préfère tout de même ses dessins à ceux de Claudia Balboni.

Les personnages que l’on voit le plus sont bien entendu Kirk et Spock, puis Scotty, qui à son rôle à jouer dans l’histoire.
Spock est toujours à prendre des risques, seul, sans en parler au Capitaine. Ceci explique donc un aspect de son personnage dans le film « Star Trek Into Darkness », tout en aillant quelques petits détails supplémentaires sur son état d’esprit depuis le premier film de 2009.
Kirk, quant à lui est toujours enclin à passer outre la Directive Première, qui précise que l’équipage ne doit pas interférer dans le développement des autres espèces de l’univers tant que celles-ci ne sont pas parvenues par leurs propres moyens à voyager plus rapidement que la lumière, et ce, quel que soit la situation sur la planète observée.
J’aime beaucoup la relation présente entre Spock, qui prend des risques sans en informer le Capitaine, et Kirk qui ne se préoccupe pas tellement de la Directive Première, malgré les conseils de Spock. J’apprécie cette dualité.
Scotty, n’est pas beaucoup présent, mais il joue tout de même un rôle qui n’est pas des moindre, puisque l’on aura à nouveau droit à une idée brillante de la part de notre cher ingénieur en chef. Il n’est pas énormément développé dans ce Comics.

En ce qui concerne l’intrigue, je la trouve bien amenée, en vue de ce qui va suivre dans le film « Star Trek Into Darkness ». Il n’y a pas vraiment de lien direct avec le film, mais de nombreux passages aident un peu à comprendre l’origine de certaines choses évoquées ou montrées dans « Star Trek Into Darkness », que ce soit au niveau des personnages et surtout de Spock, ou au niveau du scénario du film (je ne peux pas en dire plus sans spoiler, mais cela devient évident en le lisant).

Ce n’est pas un coup de cœur,  mais s’en est vraiment très proche. J’ai aimé l’histoire qui est crédible en tant que préquel du film de 2013 et qui en apporte un bon complément.

__
___

*Sur la couverture : Capitaine Kirk, Lieutenant Uhura, Commander Spock et un Klingon.___

___

Avis des partenaires :

_____

Star Trek, Volume 5 de Mike Johnson

Star Trek Volume 5 BLOGFait partie de : Star Trek (Tome 5/11)
Scénario : Mike Johnson, F. Leonard Johnson & Ryan Parrott
Dessins / couleurs : Claudia Balboni, Luca Lamberti / Erica Durante
Consultant créatif : Roberto Orci
Nb. pages : 104
Date de parution : 16 juillet 2013
Éditions : IDW Publishing
Prix : 17.07 €
Genre : Science-Fiction / Comics
Langue : Anglais

Résumé :
Apprenez le passé et les secrets de certains des membres de l’équipage les plus dévoués à bord de l’Enterprise. Mettant en vedette des one-shots centrés sur McCoy, Uhura, Scotty, Chekoc, et Sulu, supervisé par le scénariste/producteur de Star Trek Roberto Orci !
[Traduction perso.]



Mon avis :
J’ai attendu d’avoir quelques volumes supplémentaires, avant de continuer la lecture des Comics Star Trek. Pourtant, j’avais énormément envie de le lire, puisqu’il est centré sur des personnages dont on connaît le moins de choses, à savoir Bones, Uhura, Scotty, Chekov et Sulu.


#1 – Bones.

Ce numéro est centré sur le passé du docteur Leonard « Bones » McCoy, et revient précisément sur ce qui a amené Bones à rejoindre Starfleet.

Dans ce volume, les dessins sont de Claudia Balboni, avec des additions de Luca Lamberti. Et je dois dire que ce sont les dessins que j’ai le moins aimé jusqu’ici. Principalement, car je ne les trouve pas assez précis dans la ressemblance avec les personnages des films. On sait que ce sont eux, mais les traits sont moins fidèles que dans les volumes précédents, illustrés par d’autres dessinateurs. Cependant, je n’ai bizarrement pas eu ce ressenti pour tous les personnages.
Je n’irais pas jusqu’à dire que je ne les ai pas aimés, je dirais juste que ce ne sont pas mes préférés de tous les volumes que j’ai lu jusque-là.

Le personnage principal de ce numéro est donc Bones, comme le titre l’indique.
J’ai vraiment aimé revenir sur le passé du docteur, pour en apprendre plus sur lui et connaître la vraie raison de son engagement auprès de Starfleet. De plus, j’ai vraiment été surprise d’apprendre que contrairement à ce qu’il dit à Kirk dans le film de 2009, il n’a pas rejoint Starfleet à cause de son divorce. La vraie raison est beaucoup plus touchante et inattendue, puisque je croyais vraiment à la raison du divorce.
On le suit donc de l’enfance, à l’université, puis dans son travail au Mississippi, jusque sur l’Enterprise.
J’ai bien aimé que les répliques du personnage soient moins comiques qu’en temps normal. Cela ajoute un peu de gravité à certains passages. Voir le personnage avant son arrivée à l’académie de Starfleet était intéressant, car on le voit sous un autre jour. Ce qui était aussi très intéressant, c’était d’avoir les commentaires de Bones dans le présent, via son journal de bord, qui nous parle en même temps que les flash-backs.
Du coup, je ne vois plus Bones du même œil. Cela me donne très envie de regarder de nouveau les films, en me concentrant plus sur son personnage, vu que je ne le vois déjà plus de la même manière.

L’intrigue ici est très simple. Il s’agit d’apprendre ce qui à poussé le docteur Leonard McCoy à rejoindre Starfleet. Il n’y a pas de revirements de situations, rien de très surprenant au niveau de l’histoire, mais c’est compensé par les révélations concernant Bones. Et s’il n’y avait que ce numéro-là dans le volume 5, ce serait un coup de cœur assuré !

Vous aurez donc compris que ce numéro aura été un coup de cœur à lui tout seul, même si les dessins sont loin d’être mes préférés. J’ai vraiment aimé en savoir plus sur l’un de mes deux personnages préférés. La façon dont le passé est incrusté dans le présent, par les flash-backs du docteur est vraiment bien faite et mon regard a changé vis-à-vis de son personnage.

___

#2 – The Voice Of A Falling Star.
Ce numéro est centré sur un épisode de la jeunesse du lieutenant Nyota Uhura.

Je ne m’étendrais pas sur les dessins, qui sont des mêmes dessinateurs dans tous les numéros de ce volume. Je dirais simplement que j’ai eu un peu moins de mal avec la ressemblance des personnages, à savoir Spock et Uhura.

Le personnage principal de ce numéro est Nyota Uhura. Il y a aussi quelques interventions de Spock au début et à la fin, mais elles sont minimes.
Je dois dire que ce n’est pas un personnage auquel je me suis très attaché, dans les films. Mais j’ai beaucoup apprécié apprendre ce petit passage de son passé, qui s’avère assez triste. Cependant, cela ne me fait pas vraiment m’attacher au personnage. C’est juste un élément de son passé, aussi tragique soit-il. Ce qui ne veut pas dire que je n’aime pas son personnage, nuance.
De plus, j’ai apprécié comment le passage de son enfance m’a permis d’ajouter une autre dimension à la relation Spock/Uhura.

Ici aussi l’intrigue est très simple, il s’agit juste de raconter un passage du passé du lieutenant Uhura. Cependant, ce que j’ai trouvé original c’est la façon dont est amené le flash-back. En effet, c’est Spock qui procède à une fusion mentale avec Uhura. Pourquoi je trouve cela original, alors que ce n’est pas la première fois que l’on voit Spock faire une fusion mentale ? Tout simplement, parce qu’on est témoin de ce que vois Spock, c’est-à-dire un passage de la jeunesse de la jeune femme, alors qu’en temps normal que ce soit dans les films ou autre, on ne sait pas ce qu’il voit.

J’ai bien aimé ce deuxième numéro, même s’il apporte un petit éclairage sur le passé du lieutenant Uhura, cela n’aura pas s’suffit à ce que je m’attache à son personnage. Cependant, j’ai bien aimé le côté relationnel entre Spock et Uhura et j’ai trouvé la façon d’amener le flash-back, plutôt originale.

___

#3 – Scotty.
Ce numéro est centré sur le passé de Montgomery « Scotty » Scott, qui était de toute évidence destiné à devenir l’ingénieur en chef de l’U.S.S. Enterprise.

J’ai toujours le même ressenti en ce qui concerne les dessins, même si dans celui-ci, Scotty était plutôt ressemblant à plusieurs moments se déroulant au présent.

Le personnage principal de ce numéro est donc Scotty, comme l’indique le titre.
J’ai vraiment aimé découvrir le passé de Scotty, même si on a déjà eu un numéro sur la façon dont il a rencontré Keenser et est arrivé sur Delta Vega avant de rencontrer Kirk. Ici, on en apprend plus sur sa famille, son héritage familial en ingénierie, qui remonte au moins à 1787. D’ailleurs, j’ai vraiment aimé voir qu’il avait l’ingénierie dans le sang, si l’on peut dire, puisqu’on le voit pour la première fois essayer de réparer un vaisseau alors qu’il a entre 11 et 13 ans. De plus, j’ai beaucoup apprécié de voir la cornemuse introduite dans certains passages sur son enfance en Écosse.
On suit ensuite Scotty dans ses démarches pour entrer à Starfleet, sans grand succès, pour ensuite avoir une opportunité à laquelle il n’aurait sans doute jamais pensé. Pour ensuite en arriver à ce que l’on sait déjà de son passé, jusqu’à Delta Vega.
Autre chose que j’ai vraiment beaucoup aimé, cela a été la façon de penser de Scotty. Parce qu’il est vrai, on est rarement dans sa tête, dans les films. Alors ici, savoir ce qu’il pensait en même temps que les flash-backs se déroulaient était vraiment très appréciable et apporte un réel plus à ce numéro.
J’ai comme souvent avec Scotty beaucoup ri. En réalité, c’est surtout grâce au fait que ‘est un personnage qui n’a pas de filtre entre ses pensées et ses paroles, ce qui créer parfois des situations un peu cocasses .Pour le personnage, ce n’est pas forcément drôle, mais c’est le contraire pour le lecteur. Et c’est aussi ce que j’aime chez le personnage de monsieur Scott.
Plus j’en découvre sur son personnage, plus je le trouve attachant et plus je l’adore !

Ici aussi l’intrigue est très simple, il s’agit toujours de raconter des passages du passé de Scotty, ce qui nous amène à cerner un peu plus le personnage et à comprendre son parcours. Mais parfois la simplicité fonctionne parfaitement, la preuve ici.

En apprendre plus sur l’un de mes deux préférés était vraiment super, surtout en incluant l’origine Écossaise de Scotty à différents moments.
Ce troisième numéro est également un coup de cœur !

___

#4 –  Red Level Down.
Ce numéro est centré sur le passé de messieurs Pavel Andreievich Chekov et Hikaru Sulu et un passage de leur séjour à l’académie de Starfleet.

Je ne change toujours pas de ressenti en ce qui concerne les dessins, même si dans celui-ci aussi, les personnages étaient plutôt ressemblant à plusieurs moments.

Le personnage de Chekov est celui qui m’a le plus surpris, dans ce numéro. Que ce soit de par l’aide qu’il fournit à Kirk, pour un fameux passage du film de 2009 ou de par sa réaction lors de la cérémonie. De plus, c’est également un personnage que j’aime beaucoup, dans les films, et que l’on découvre un peu plus par le biais de ce Comics.
Le personnage de Sulu quant à lui m’a moins surpris. Je m’attendais à ce qu’il réagisse comme cela. Mais on en apprend un peu plus sur ses ambitions, et j’ai bien aimé cela.
Je n’ai pas grand-chose d’autre à dire sur ces deux personnages, puisqu’il n’y a pas assez de révélations sur leur passé, pour que je parle d’évolutions entre le passé et le présent des personnages.

Niveau intrigue, c’est encore très simple, il s’agit toujours de raconter un passage du passé de messieurs Chekov et Sulu. Cependant, j’ai été surprise par Chekov, dans le troisième numéro et ai donc beaucoup aimé celui-ci, même si ce n’est pas un coup de cœur, comme pour les numéros un et trois.
__
___

*Sur la couverture : Lieutenant Nyota Uhura & Commander Spock.___

___Coup de coeu

Avis des partenaires :

_____