Ascension de Drew Karpyshyn

mass-effect-tome-2-ascension-blog

Fait partie de : Mass Effect (Tome 2/4)
Nb. pages : 304 (epub)
Date de parution : avril 2012
Éditions : Milady
Prix : 8.20 € – eBook : 5.99€
Genre : Science-Fiction / Gaming

Résumé [peut contenir des spoilers] :
La scientifique Kahlee Sanders a quitté l’Alliance interstellaire pour rejoindre le projet Ascension, destiné à aider les enfants « biotiques », véritables génies, à exploiter leurs extraordinaires pouvoirs. L’élève la plus prometteuse de ce programme est Gillian Grayson, une enfant de douze ans quasi-autiste. Or, Kahlee ignore que cette fillette est devenue bien malgré elle un pion de l’organisation hors-la-loi, Cerberus, qui sabote le programme en menant sur les élèves des expériences illégales.
Quand les sinistres projets de Cerberus sont révélés, Gillian et son père prennent la fuite vers les systèmes Terminus, qui ne sont régis par aucune loi. Déterminée à protéger Gillian, Kahlee les accompagne. Elle ignore que le père de l’enfant est en réalité un agent de Cerberus. Pour sauver Gillian, Kahlee devra voyager jusqu’aux confins de la galaxie et affronter de redoutables ennemis. Mais comment tirer une fillette des griffes de son propre père ?



Mon avis :
Avec la sortie très prochainement du prochain jeu Mass Effect, des nouveaux romans, tout comme de l’Intégrale qui sortira en 2017 chez Milady/Bragelonne, j’ai eu envie de continuer ma lecture de cette saga qui enrichie l’univers étendu et dont j’avais beaucoup aimé le premier. Ce fut un plaisir de retrouver un personnage du premier roman.

L’écriture (traduction) de Drew Karpyshyn est toujours fluide et je n’ai encore une fois pas eu de mal à entrer dans l’histoire. J’ai également beaucoup aimé la narration omnisciente associée au changement de personnage. Ça apporte différents points de vue et ça apporte un plus à cette histoire, je trouve.

On retrouve ici Kahlee Sanders, ancienne scientifique Humaine de l’Alliance, travaillant à présent à l’Académie Grissom et fait partie du Projet Ascension. Je l’ai beaucoup plus aimer que dans le précédent roman. Elle fait toujours ce qu’elle croît juste et tient beaucoup aux enfants qu’elle aide et surveille.
Paul Grayson, fait partie d’une organisation pro-humaine et est lui-même connu pour être légèrement xénophobe. C’est également le père de Gillian, élève de l’Académie. Je n’ai pas aimé son personnage. Non pas parce qu’il était mal écrit ou autre, non. Simplement à cause de ses actes, de ses préjugés, de sa dépendance au sable rouge qui ne joue pas en sa faveur dans certaines situations. Mais surtout également parce qu’il parce qu’il adhère à 100% aux croyances de cette organisation pro-humaine. C’est cette association de petites choses qu’est et que fait Grayson, qui m’empêchent de l’apprécier.
Si l’on continue avec ceux que je n’apprécie pas, il y a Pel, un mercenaire travaillant également pour cette fameuse organisation pro-humaine. Pourtant, c’était bien parti, avec son personnage. Certes, Pel est lui aussi xénophobe comme la plupart de ceux travaillant pour cette organisation, mais j’avais l’impression qu’il avait un bon fond. Mais ça, c’était avant qu’il fasse une chose qui ne m’a pas plu du tout. Depuis ce moment là, je ne l’ai plus apprécié.
Je me suis ensuite assez rapidement attachée à Gillian Grayson, une fillette autiste qui s’avère être biotique et élève de l’Académie Grissom et du Projet Ascension (1). J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de cette fillette de 12 ans au sain de l’Académie.
Je terminerais par mon personnage préféré du livre. Hendel Mitra, est un ancien soldat de l’Alliance et le chef de la sécurité sur le Projet Ascension. Je ne l’ai pas apprécié dès le début, se montrant principalement bourru et strict. Mais son côté loyal et surtout protecteur vis-à-vis des enfants m’a fait l’apprécier, en plus de l’amour qu’il porte à Gillian. J’ai fini par comprendre pourquoi il agissait comme il le faisait et cela m’a fait l’apprécier encore plus.

L’histoire est toujours à la hauteur des jeux de base et ici, elle apporte un sacré complément par rapport à certains éléments des jeux, notamment concernant cette organisation pro-humaine, mais surtout concernant les Quariens, dont on sait peu de choses sur leur culture au sein de la flotte nomade. C’est ce qui fait que les Quariens sont devenus ma deuxième espèce alien préférée dans l’univers Mass Effect et m’a complètement fait changer de point de vue sur ces humanoïdes vivants de manière nomade et mal vus par les autres espèces de notre galaxie.
Les références à notre personnage du jeu font sourire et m’ont donné en quelque sorte l’impression de faire partie du livre, tout comme les mentions de ce qui se passe à la fin du jeu Mass Effect 1.

J’ai donc vraiment beaucoup aimé ce livre, que j’ai préféré au tome 1, tant à cause du personnage de Hendel que des informations sur les Quariens, qui sont pour moi deux gros points positifs à ce roman qui s’intègre parfaitement aux jeux. Je serais tentée de le mettre en coup de cœur, mais ce ne serait pas raisonnable. Quoique allez, semi-coup de cœur ! C’est tranché… histoire de le mettre au-dessus du précédent.

(1) Le Projet Ascension est un projet de l’Alliance permettant de développer  et d’étudier de jeunes biotiques. Les biotiques sont des personnes – humaines ou non – ayant des capacités spéciales telles que la lévitation, la télékinésie ou bien encore la création de barrière protectrice, parmi tant d’autres. Chez les humains, la biotique se manifeste chez les sujets ayant été exposés à l’élément zéro. Je ne vais pas en dire plus, c’est expliqué plus en détail dans le livre, j’explique juste le concept rapidement.

___

___
Avis des partenaires :

_____
_____
_____

Révélation de Drew Karpyshyn

mass-effect-révélationminiFait partie de : Mass Effect (Tome 1/4)
Nb. pages : 379
Date de parution : 16 février 2012
Éditions : Milady
Prix : 8.20 €
Genre : Science-Fiction / Gaming

Résumé :
Les sociétés les plus avancées de la galaxie dépendent toutes de la technologie des Prothéens, une espèce disparue il y a environ cinquante mille ans. Après la découverte d’équipements prothéens sur Mars en 2148, l’humanité, la plus jeune des espèces interstellaires, se lance aux quatre coins de l’Univers et lutte pour se faire une place au sein de la communauté galactique.

Aux confins de l’espace colonisé, le contre-amiral et héros de guerre de l’Alliance, David Anderson, explore les décombres d’une base de recherche militaire top-secrète. Les ruines sont jonchées de cadavres. Qui a attaqué la base et pourquoi ?
Kahlee Sanders, la jeune scientifique mystérieusement disparue quelques heures avant le massacre de ses collègues, est le principal suspect. Mais sa traque suscite plus d’interrogations que de réponses. Anderson, associé à un agent extraterrestre à qui il ne peut se fier, et poursuivi par un implacable assassin, lutte contre l’impossible sur des mondes inconnus et découvre une sinistre conspiration. De celles qui peuvent vous coûter la vie…



Mon avis :
J’ai eu le plaisir d’effectuer la lecture de ce tome en lecture commune avec Nathalie, du blog Nathoue Lecture.
C’est avec grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers de Mass Effect, qui se trouvent être mes jeux préférés. Alors retrouver certains personnages, certains lieux et certaines planètes de la saga, avant les événements du tout premier jeu, c’est tout simplement excellent.

L’écriture est fluide et je n’ai pas eu de mal à entrer dans l’histoire. Mais j’avoue que de connaître d’avance l’univers et les personnages doit aider un peu.
Le prologue permet de mettre en place une partie du contexte politique, de poser les personnages principaux et de se familiariser de nouveau avec le vocabulaire de la saga. Dès le premier chapitre, on entre dans le vif du sujet. L’histoire se met en place, et on reconnait bien l’univers Mass Effect qui me plaît tant.

David Anderson est militaire de l’Alliance, décoré de nombreuses médailles, héros de guerre, il a un bon instinct et il est attentif aux personnes avec lesquels il travail. Il appartient à l’espèce Humaine. C’est un personnage que j’aime beaucoup, parce que j’ai surtout pas mal côtoyé le personnage dans les jeux, même si dans ce roman, il y a je trouve de quoi s’attacher à lui.
Kahlee Sanders est une scientifique Humaine de l’Alliance, qui n’hésite pas à faire ce qu’elle croît juste. J’ai bien aimé son personnage, mais sans plus. Je l’ai tout de même trouvée moins développée qu’Anderson.
Saren est un Turien membre des Spectres, réputé pour être impitoyable et pour son utilisation de méthodes assez discutables. C’est le personnage que j’adore détester.
J’ai trouvé que le trio de personnages était assez équilibré et apportait de bonnes choses.

L’histoire est à la hauteur des jeux de base et apporte un petit complément tout à fait appréciable concernant le passé de nos trois personnages et de certains éléments des jeux. On comprend un peu mieux comment on en est arrivé à ce stade, dans le jeu Mass Effect 1, et pourquoi l’Alliance et l’espèce Humaine ont une certaine réputation auprès des autres espèces et des entités politiques.
La seule petite chose qui m’a manqué, c’est de ne pas pouvoir influencer l’histoire et les personnages comme dans les jeux. Mais ce n’est rien de grave, dans un sens, les personnages l’ont fait pour moi.

Donc, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, qui m’a permis de replonger dans un univers prenant et passionnant que j’avais découvert grâce aux jeux vidéo du même nom. Et ce fut un plaisir d’entrer dans le passé d’Anderson, Kahlee et Saren.
À présent, j’ai envie d’allumer ma PS3, et de passer toute ma soirée à jouer à Mass Effect 1.

___

___
Avis des partenaires :
Nathoue Lecture
_____

Mass Effect 1, 2 et 3 | Jeux vidéo

841888109816996017
Jeux : Mass Effect | Mass Effect 2 | Mass Effect 3
Genres : Action | RPG | Science-Fiction
Éditeur : Electronic Arts
Développeur : BioWare
Concepteurs : Casey Hudson (directeur), Jesse Houston (producteur), Mac Walters (scénariste en chef)
Sorties en France : juin 2008 | janvier 2010 | mars 2012
Classification : +18 ans
Prix de la trilogie  : 12.99€ (PC), 40.05€ (PS3), 56€ (Xbox 360)

002

Résumé :
Nous sommes en 2183 et l’humanité, désormais capable de dépasser la vitesse de la lumière, est entrée en contact avec de nombreuses races extraterrestres. Elle lutte à présent pour se faire une place sur l’échiquier galactique.
Vous êtes le commandant Shepard, officier des forces armées de l’Alliance interstellaire, seule et unique ligne de défense de l’humanité face aux menaces d’une vaste galaxie.
De vos actions et décisions à bord de la frégate Normandy dépendra le sort de l’espèce humaine… et de toute la galaxie.



Mon avis :
Je n’étais pas vraiment fan de jeux RPG. Le seul auquel j’ai jamais joué était Skyrim et j’avais adoré pour le côté mythologie et Fantasy.
J’ai découvert cette trilogie RPG grâce à un ami, qui m’a offert les jeux. D’ailleurs, je l’en remercie mille fois (encore), parce que c’était un super cadeau, mais je ne le savais pas encore lorsqu’il me les a offerts. Ces jeux sont des petits bijoux !
Plutôt que de vous faire un avis individuel pour chaque jeux, je vais plutôt vous donner ci-dessous mon avis sur la trilogie au complet et détailler certains points au cas si nécessaire.

Graphiquement, la trilogie à énormément évoluée et on le voit encore plus quand on enchaîne les 3 jeux à suivre.
On pourrait dire de Mass Effect 1 qu’il se fait un peu vieux et se répète assez souvent au niveau des décors (certaines planètes et lieux se ressemblent énormément), tout comme les textures. Mais le jeu se rattrape sur le design des personnages.
Mass Effect 2, lui, est déjà bien plus beau graphiquement. Ce deuxième opus ne contient plus de décors ou de textures répétitives et c’est un régal pour les yeux de découvrir certaines planètes qui sont vraiment magnifiques. On retrouve également dans celui-ci des écrans de chargements sous formes de plans des vaisseaux que l’on utilise, des bases que l’ont visite et d’autres éléments du jeu, c’est plutôt bien fait graphiquement.
Quant à lui, Mass Effect 3 est le plus réussi des trois. Autant vous dire que les graphismes sont magnifiques et on retrouve des lieux et des planètes encore plus réussis. Le design des personnages a vraiment lui aussi été amélioré par rapport à ses deux prédécesseurs. De plus ses écrans de chargement sont vraiment superbes graphiquement et sont en générale des bases spatiales ou des vaisseaux légèrement animés.

L’ambiance des jeux va crescendo. Le premier propose un ambiance plutôt légère, même si on sent bien peser une certaine menace au fur et à mesure de l’histoire. Le second étant plus avancé dans l’intrigue propose une ambiance un peu plus sombre. Et le dernier de la trilogie propose un ambiance vraiment beaucoup plus sombre avec plus d’action et de danger.
Très gros point positif (vous verrez, il y en a plein), l’humour dans les différents jeux. Certaines répliques, qu’elles soient durant l’exploration, certaines missions ou même en pleine scène de combat, sont à mourir de rire. Cela m’est arrivé plus d’une fois de me retrouver pliée en deux devant ma télévision en plein milieu d’une scène de combat, suite à la remarque de certains personnages. Et l’humour est tout aussi présent dans chaque opus de la trilogie.
La musique de la trilogie est superbe, les orchestrations sont vraiment en accord avec l’univers et les scènes dans lesquelles les musiques sont mises. Vous n’imaginez pas la puissance d’une musique comme « Leaving Earth » (https://www.youtube.com/watch?v=KGHA9oO1Ybg), dans une scène pleine d’émotions et/ou de drames. Les musiques y sont pour beaucoup dans le ressenti de certains passages de la trilogie.

Abordons à présent l’univers de la trilogie Mass Effect, qui est peut-être le point sur lequel j’ai le plus de choses à dire, tellement cet univers m’a passionné.
L’univers Mass Effect est tellement vaste, qu’il comprend de nombreux systèmes en plus de notre système solaire et de nombreuses planètes, dont certaines sont magnifiques et reconnaissables au premier coup d’oeil dans les différents jeux.
Mais qui dit systèmes et planètes, dit aussi différentes espèces. Il y a de nombreuses espèces extraterrestres, toutes aussi variés les une que les autres, avec leurs coutumes, leur propre mode de vie, leur propre histoire et leurs propres caractéristiques physiques, ce qui les rend uniques. Cette diversité est un très gros point positif pour la trilogie et l’on compte environ 16 espèces en tout dont chacune sont différentes.
Dans la logique des choses, il faut des vaisseaux, pour se déplacer dans l’espace. Là encore, il y a de la diversité. Chaque espèce à son type de vaisseaux. dans la catégorie des vaisseaux, je compte aussi les véhicules d’expéditions, sur les planètes dangereuses pour certaines espèces. On rencontre donc différents vaisseaux et véhicules dans les trois jeux.
L’univers des jeux Mass Effect est tellement prenant également de par la diversité des informations proposées. On a la possibilité de lire des documents proposant des informations sur les planètes visitées lors de nos différentes quêtes, sur les espèces que l’on rencontre, sur les personnages principaux et certains secondaires, mais aussi sur l’Histoire, ce qui nous permet de mieux comprendre certaines choses et également de nous impliquer un peu plus dans l’histoire de la trilogie.

Les personnages sont un autre très gros point positif du jeu.
Le joueur interprète le Commandant Shepard, membre des Forces Spéciales de l’Alliance (N7). Le personnage peut être masculin ou féminin, puisque la personnalisation du personnage dépend du joueur. L’histoire de Shepard est choisie par le joueur, ce qui amènera des dialogues différents et une mission unique, selon l’histoire que le joueur aura choisie. Le caractère de Shepard dépend également du joueur, qui peut choisir de le rendre impitoyable, conciliant ou bien entre les deux. Le joueur peut donc sans problèmes s’identifier au personnage principal. J’ai d’ailleurs eu des coups de cœur pour les personnages de Garrus Vakarian, Thane Krios et Joker, pour les connaisseurs.
Ceux que j’appel les personnages secondaires sont ceux qui reviennent souvent dans l’histoire, à savoir les membres de l’équipage de notre vaisseau, les membres de notre commando et la hiérarchie directe. Ces personnages secondaires sont extrêmement bien travaillés et ont des personnalités et des histoires très différentes. Le fait que certains personnages sont développés sur les trois jeux les rend extrêmement attachants et touchants, car on a bien le temps d’apprendre à les connaître.
Ensuite, les personnages récurrents ou que l’on croise seulement le temps d’une mission sont bien travaillés aussi, car ils ne racontent jamais la même chose d’un personnage à l’autre (ou alors vraiment très très rarement).
Dans la catégorie personnage, j’ai aussi envie de parler du Normandy, le vaisseau sur lequel se trouve notre personnage. Parce que mine de rien, on s’y attache aussi à ce vaisseau, après trois jeux.

L’intrigue quant à elle se déroule sur les trois jeux. C’est ce qui la rend aussi prenante. Dans chaque jeu, elle est très réussie et passionne le joueur, étant à la fois simple, efficace et abordable, l’intrigue propose également des rebondissements auxquels on ne s’attend pas. L’intrigue peut également être rendue un peu plus complexe, pour le joueur impliqué à 100% dans l’histoire et qui sera désireux de lire tous les documents proposés, qui enrichissent l’histoire et l’intrigue.
Dans Mass Effect 1, la fin est vraiment bonne et donne très envie d’en savoir plus sur la suite. Lorsque le joueur commence Mass Effect 2, il est embarqué dans une scène des plus épique, qu’il fallait oser. La fin est encore plus épique et je la qualifierais même de meilleure fin possible pour un jeu vidéo voulant impliquer le joueur dans la tournure de l’intrigue. Mass Effect 3 est encore plus puissant que ses deux prédécesseurs, avec une fin, palpitante et pleine d’émotions.

Le gameplay est différent et évolue entre chaque jeu, ce qui au départ peut déstabiliser un peu le joueur. Mais on s’y adapte très rapidement. D’ailleurs, le gameplay s’orientera un peu plus vers l’action dans le 3 que vers le RPG.
Certains joueurs seront peut-être freinés pas le gameplay un peu « vieillot » de Mass Effect 1, mais l’univers, les personnages et l’intrigue font rapidement oublié ce petit détail.
Le gameplay est amélioré dans Mass Effect 2 et change de manière assez significative sur quelques points, comme la visée entre autre ou certains systèmes propres aux RPG, comme la recherche de ressources.
Mass Effect 3 voit donc son Gameplay s’axer principalement vers le jeu jeu de tir à la troisième personne, mais garde quand-même quelques bases du RPG. C’est donc une grande évolutions qui à eu lieu entre le premier et le dernier de la trilogie. Mais cela aura surtout servi à moderniser le gameplay du premier du nom et l’IA est sans aucun doute améliorée également.

Le système de jeu est un autre gros point positif pour ma part, car les choix du joueurs sont au cœur du jeu. Le joueur peut donc choisir l’option de son choix au cours d’un dialogue. Pour ma part, j’ai toujours eu une option qui collait avec ma personnalité et ce que j’avais envie de répondre à un personnage.
Mais ce n’est pas tout ! Le joueur peut influencer la suite des événements, et les répercussions de nos choix peuvent être lourdes de conséquences, surtout que nos choix effectués dans Mass Effect 1 ont un impact sur Masse Effect 2 et ainsi de suite. D’où l’importance de l’import de sauvegarde entre les différents jeux, puisque cela rend l’histoire encore plus crédible et implique encore plus le joueur. Par exemple, si l’un des personnages meurt dans Mass Effet 1, il est impossible de le retrouver dans Mass Effect 2.
Les choix sont donc multiples et variés, cela va du choix des dialogues, du choix des actes de notre personnage, au choix tactique durant une mission (plus présent dans le 2). cela rend le joueur curieux de découvrir l’incidence plus ou moins importante de ses choix sur l’histoire et la destinée de certains personnages ou missions. Le comportement du joueur influence une barre de point selon s’il est rude ou conciliant et cette barre de point est très importante et doit être le plus élevé possible, pour avoir des options de dialogue en plus et influer encore plus sur l’issue de certaines situations plus ou moins explosives. Et c’est brillamment réussi.
De plus, comme tout RPG, il faut également gérer ses habilités, mais rien de bien compliquer, si on ne fait pas la même erreur que moi, c’est-à-dire mettre l’attribution automatique des points d’habilités. Parce que j’ai bien ramé, pour monter manuellement les points d’une catégorie très importante sur la fin du jeu.
Ce que j’ai vraiment aimé aussi, c’est la possibilité de romances. Le joueur peut donc choisir de commencer ou non, une romance avec un personnage. Les choix peuvent êtres simples, mais plus on s’investi dans le jeu et plus on apprend à connaître les personnage, plus le choix peut être difficile selon les personnages auxquels on s’attache. Cela rajoute également une petite touche émotionnelle en plus, parce que l’on s’attache encore un peu plus à notre cher et tendre. Mais là où BioWare s’est surpassé dans les romances, c’est dans la diversité proposée. On y trouve des romances bisexuelles (un personnage secondaire peut aussi bien être romancé par un Shepard masculin que féminin), et aussi des romances gay qui sont elles plus présentes dans les deux derniers jeux et majoritairement dans Mass Effect 3 pour les joueurs masculins. Mais j’ai remarqué que c’est plus fréquent avec les Shepard féminines, qui ont plus de choix au niveau des romances avec les femmes, dans les 3 jeux. J’ai trouvé cette diversité au niveau des romances vraiment bien, que ce soit au niveau de l’orientation sexuelle que des romances inter-espèces, qui sont bien souvent plus intéressantes que les romances entre Humains.

J’ai également envie de faire une mention spéciale aux DLC. Mass Effect 2 a quelques DLC intéressants, notamment « le Courtier de l’Ombre » et « L’Arrivée ». Pour Mass Effect 3, je décernerais la mention au DLC « Citadelle » qui offre un bonus non négligeable en ce qui concerne les personnages. S’il ne devait y avoir qu’un seul DLC à prendre ce serait celui-ci, même si les autres offrent quelques missions supplémentaires.

C’est donc un énorme coup de cœur, que j’ai eu pour cette trilogie vidéo-ludique qui nous emporte dans un univers absolument passionnant, diversifié et vaste, avec des personnages touchants et attachants. Un système de jeu qui permet une immersion totale et des graphismes vraiment bien réussi au fur et à mesure des jeux.
Si vous aimez les jeux Action-RPG (style Skyrim) et les univers de science-fiction et que vous aimez avoir une influence sur le destin de votre personnage, alors vous allez aimer cette trilogie.

_____
003

_____
Je n’ai pas mis de bande annonce, car je trouve que celle du premier jeu spolie pas mal le jeu.

Si vous connaissez le jeu et que vous voulez me donner votre avis, précisez s’il y a des spoilers ou non dans vos commentaires, pour que ceux n’ayant pas encore joué aux jeux ne se retrouvent pas avec une événement majeur de dévoilé. Merci. 😉

_____
______
Avis des partenaires :
______

Coup de coeu
______