L’Épée de Shannara de Terry Brooks

couverture-shannara-blog
Fait partie de :
 Shannara  (1/26)
Nb. pages : 522
Date de parution : 16 septembre 2015
Éditions : J’ai Lu
Format : Semi-poche | Intégrale 1
Prix : 16.90 €
Genre : Fantasy

Résumé :
Lorsque Shea Ohmsford vit pénétrer l’étranger dans l’auberge, il sentit que son destin venait de basculer. Qui aurait pu deviner qu’il était, lui, le paisible demi-elfe vivant au sein de sa famille d’adoption à Valombre, le dernier héritier de la lignée de Jerle Shannara ? Jerle, dont l’épée permit, il y a cinq cent ans de cela, de détruire le maléfique Roi-Sorcier Brona et ses hordes démoniaques. Or voilà qu’il se murmure, dans les lointaines Terres du Nord, que le Roi-Sorcier est de retour, et qu’il réunit ses armées pour déferler à nouveau sur le monde. Seul un descendant de Jerle, portant la légendaire épée de Shannara, pourrait défaire le mal. Shea acceptera-t-il cet oracle trop grand pour lui ?



Mon avis :
J’ai eu envie de me lancer dans l’univers de Shannara, suite à l’annonce de la série TV Les Chroniques de Shannara, qui commence au tome 2. Comme d’habitude, j’ai mis un temps fou à le sortir de ma PAL, jusqu’à l’arrivée du Blu-ray il y a quelques semaines.

On suit Shea Ohmsford, dernier héritier de Shannara, qui va se voir embarquer malgré lui dans une aventure semblable sur bien des points au Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Cependant, malgré les ressemblances il y a tout de même du très bon.

J’ai dès les premières pages été attirée par l’écriture. Les descriptions ne sont pas de trop ; j’ai même en quelque sorte eu l’impression que les paysages, les décors décrits étaient des personnages  à part entière. Je n’arrivais plus à décrocher de ce récit. L’action met un certain temps à débuter, mais cela ne m’a pas du tout gêné, au contraire. J’aime bien que les récits de Fantasy débutent lentement.

Les personnages sont extrêmement attachants. Il n’y en a pas un que je n’ai pas aimé, à part peut-être le Roi-Sorcier. Je me méfiais de certains, mais pas au point de ne pas les aimer.
Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé Shea, l’héritier de Shannara, qui au départ mène une vie des plus normales à Valombre, où il tient une auberge en compagnie de son père et de son frère. Il doute beaucoup tout au long de l’aventure et même à la fin, mais j’ai beaucoup aimé son évolution et sa relation avec son frère.
En second, j’ai envie de parler d’Allanon, sans qui Shea n’aurait rien découvert sur sa lignée. Allanon est un personnage mystérieux, sûrement celui qu’il l’est le plus et le reste toujours un peu à la fin du livre, même s’il est vrai que nous avons quelques révélations à son sujet. Son côté mystérieux, m’a fait à de nombreuses reprises m’interroger à son sujet et à propos de ses motivations.
J’ai ensuite beaucoup apprécié les deux frères Elfes, Durin et Dayel. J’ai aimé leur complicité et l’innocence et la fraîcheur de Dayel, le frère cadet. C’est d’ailleurs pour le cadet que j’ai eu une préférence.
Menion Leah est un de mes autres préférés. J’ai beaucoup aimé son humour, son côté aventurier, son amitié avec Shea et ses différents avec Flick, le frère de Shea.
Comme d’habitude, je termine avec le personnage que j’ai le plus aimé du livre : Balinor, le commandant de la Légion Frontalière. Il aura vraiment été mon personnage coup de cœur de ce premier roman. Ce sont à la fois, sa force, son courage, sa loyauté, l’amour qu’il porte à son frère, son père et surtout à son royaume qui m’ont fait craquer pour le frontalier.
Je ne parle ici que de ceux qui sont mes préférés, car il y a de nombreux personnages que l’on suit tout au long du roman – ils sont une quinzaine, si je n’en oublie pas. Cela allégera ma chronique et permet également de garder un peu de suspens.

L’histoire a de nombreux déjà vus, puisque certaines scènes sont quasi identiques à celles du Seigneur des Anneaux. Je conçois très bien que la ressemblance puisse empêcher certains lecteurs d’apprécier le roman ; cependant, pour ma part cela n’a pas été le cas. Certes, il y a d’énormes ressemblances avec l’oeuvre de J.R.R. Tolkien, mais j’ai réussi à voir ce qu’il y avait derrière et autour. L’histoire est distillée tout au long du roman, laissant quelques passages avec du mystère et/ou du suspens, même si parfois on se doute bien de la tournure que tel passage va prendre. Sur la fin du roman, on sent que Terry Brooks se détache de l’histoire de Tolkien et tend à développer son propre univers. Je reste persuadée que les prochains romans se déroulants dans l’univers de Shannara sauront se détacher de l’univers de Tolkien.

J’ai donc beaucoup aimé ce livre, malgré le sentiment de lire par moments Le Seigneur des Anneaux. L’auteur aura su s’écarter des parallèles à Tolkien, pour commencer à trouver sa propre identité. Pour moi, les personnages sont l’un des points forts de ce roman, avec les lieux et ce mélange de fantasy et de post-apocalyptique qui sera peut-être plus exploité dans la suite de la saga.
C’est avec plaisir que je continuerais la saga.

__
__