Mass Effect Foundation, Volume 1

mass-effect-foundation-vol1-blog

Fait partie de : Mass Effect Foundation (1/3)
Histoire : Mac Walters
Dessins / couleurs : Tony Parker & Omar Francia / Michael Atiyeh
Caractères : Mac Walters
Nb. pages : 96
Date de parution : 18 février 2014
Éditions : Dark Horse
Prix : –
Genre : Science-Fiction / Comics / Gaming
Langue : Anglais

Résumé :
Brillant, impitoyable et secret, l’Homme Trouble tient une grande partie de la galaxie à sa portée, pourtant avec toutes les resources dont il peut se vanter, un objectif lui échappe – un soldat d’élite, un Spectre imparable, et un symbole d’inspiration : le Commandant Shepard. Entre en scène l’Agent Rasa, espion le plus ingénieux et rusé de l’Homme Trouble. Ciblant Urdnot Wrex, Ashley Williams et Kaidan Alenko, elle utilisera les membres de l’équipage du SSV Normandy pour poursuivre sa mission – faire plier le commandant à la volonté de son maître.
[Traduction perso.]



Mon avis :
Ce comics était dans ma wish-list depuis quelques mois, déjà. Et il se trouve que Nathoue Lecture me l’a offert pour mon anniversaire il y a quelques jours de cela.
Du coup, si tu passes par là, je te remercie énormément ! Je ne pensais pas être aussi surprise avec ce comics.

Dans ce volume-ci, on trouve Tony Parker et Omar Francia aux dessins. Personnellement, j’ai eu un léger problème avec les dessins et principalement avec la représentation des personnages. Il se trouve que j’ai reconnu certains personnages de loin ou grâce à leur combinaison/armure (je pense surtout à Ashley et le premier personnage dont je tairais le nom). Cependant, d’un autre côté, j’ai tout de même apprécié les dessins. Les décors sont super, on reconnaît bien l’univers Mass Effect et certains lieux existants dans les jeux vidéos, et même les personnages hors personnages déjà connus sont très bien dessinés (les autres aussi, juste pas vraiment ressemblants de près).

Les personnages connus de l’univers Mass Effect sont au nombre de neuf, dont seulement deux que l’on n’a jamais aperçu dans les jeux (si je n’oublie personne). Je ne parlerais ici que des quatre principaux.
Je ne parlerais pas de l’Agent Rana en détail, pour laisser la surprise à ceux qui seraient intéressés par le comics et auraient également joué aux jeux. Parce que c’est une référence à l’un des opus de la trilogie et que c’est l’élément qui m’a le plus surpris.
Ensuite, on retrouve notre très cher Urdnot Wrex. et c’est là que l’on va apprendre comment et à qui l’on doit notre rencontre avec Wrex dans le jeu. Je ne m’attendais pas non plus à ce détail. Mais rassurez-vous, Wrex reste fidèle à lui-même, avec son légendaire franc parlé et il m’a encore bien fait rire par moment.
Puis arrive Ashley Williams. Je m’attendais à ne pas trop apprécier ce numéro qui lui est consacré, mais ça c’est mieux passé que prévu. Je l’ai plutôt appréciée dans le récit qu’elle a fait de ce qui s’est produit sur Eden Prime, alors que dans Mass Effect 1, je ne l’aimais absolument pas. Cela vient peut-être du fait qu’elle n’a pas parlé d’aliens, je ne sais pas.
Finalement, nous retrouvons Kaidan Alenko alors qu’il était sur la station Gagarine lorsqu’il faisait partie du projet vivant à accélérer le développement des biotiques. Et là, on découvre un autre Kaidan, celui qu’il était avant l’incident sur la station.

En ce qui concerne les intrigues, je les ai aimés toutes les quatre, avec une grosse préférence pour celle liée à l’Agent Rasa et à Wrex. Surtout car je savais ce qui était arrivé à Kaidan dans les grandes lignes, donc j’ai préféré les histoires qui me donnaient un nouveau point de vue sur ces deux situations en question. Pour l’intrigue tournant autour d’Ash, je l’ai également préférée à celle de Kaidan, parce qu’elle apporte quelque chose d’inédit.
Je ne dirais pas grand chose d’autre sur les intrigues, car ce sont des histoires très courtes et je préfère laisser la surprise plutôt que de quasi tout révéler.

Ce comics aura été une très très bonne surprise et je remercie encore Nathalie de me l’avoir offert. C’est avec plaisir, que j’ai découvert de nouvelles choses concernant des personnages que j’adore, des situations que je connais pour certaines et que je verrais à présent d’un autre œil.

__
__

Publicités

Ascension de Drew Karpyshyn

mass-effect-tome-2-ascension-blog

Fait partie de : Mass Effect (Tome 2/4)
Nb. pages : 304 (epub)
Date de parution : avril 2012
Éditions : Milady
Prix : 8.20 € – eBook : 5.99€
Genre : Science-Fiction / Gaming

Résumé [peut contenir des spoilers] :
La scientifique Kahlee Sanders a quitté l’Alliance interstellaire pour rejoindre le projet Ascension, destiné à aider les enfants « biotiques », véritables génies, à exploiter leurs extraordinaires pouvoirs. L’élève la plus prometteuse de ce programme est Gillian Grayson, une enfant de douze ans quasi-autiste. Or, Kahlee ignore que cette fillette est devenue bien malgré elle un pion de l’organisation hors-la-loi, Cerberus, qui sabote le programme en menant sur les élèves des expériences illégales.
Quand les sinistres projets de Cerberus sont révélés, Gillian et son père prennent la fuite vers les systèmes Terminus, qui ne sont régis par aucune loi. Déterminée à protéger Gillian, Kahlee les accompagne. Elle ignore que le père de l’enfant est en réalité un agent de Cerberus. Pour sauver Gillian, Kahlee devra voyager jusqu’aux confins de la galaxie et affronter de redoutables ennemis. Mais comment tirer une fillette des griffes de son propre père ?



Mon avis :
Avec la sortie très prochainement du prochain jeu Mass Effect, des nouveaux romans, tout comme de l’Intégrale qui sortira en 2017 chez Milady/Bragelonne, j’ai eu envie de continuer ma lecture de cette saga qui enrichie l’univers étendu et dont j’avais beaucoup aimé le premier. Ce fut un plaisir de retrouver un personnage du premier roman.

L’écriture (traduction) de Drew Karpyshyn est toujours fluide et je n’ai encore une fois pas eu de mal à entrer dans l’histoire. J’ai également beaucoup aimé la narration omnisciente associée au changement de personnage. Ça apporte différents points de vue et ça apporte un plus à cette histoire, je trouve.

On retrouve ici Kahlee Sanders, ancienne scientifique Humaine de l’Alliance, travaillant à présent à l’Académie Grissom et fait partie du Projet Ascension. Je l’ai beaucoup plus aimer que dans le précédent roman. Elle fait toujours ce qu’elle croît juste et tient beaucoup aux enfants qu’elle aide et surveille.
Paul Grayson, fait partie d’une organisation pro-humaine et est lui-même connu pour être légèrement xénophobe. C’est également le père de Gillian, élève de l’Académie. Je n’ai pas aimé son personnage. Non pas parce qu’il était mal écrit ou autre, non. Simplement à cause de ses actes, de ses préjugés, de sa dépendance au sable rouge qui ne joue pas en sa faveur dans certaines situations. Mais surtout également parce qu’il parce qu’il adhère à 100% aux croyances de cette organisation pro-humaine. C’est cette association de petites choses qu’est et que fait Grayson, qui m’empêchent de l’apprécier.
Si l’on continue avec ceux que je n’apprécie pas, il y a Pel, un mercenaire travaillant également pour cette fameuse organisation pro-humaine. Pourtant, c’était bien parti, avec son personnage. Certes, Pel est lui aussi xénophobe comme la plupart de ceux travaillant pour cette organisation, mais j’avais l’impression qu’il avait un bon fond. Mais ça, c’était avant qu’il fasse une chose qui ne m’a pas plu du tout. Depuis ce moment là, je ne l’ai plus apprécié.
Je me suis ensuite assez rapidement attachée à Gillian Grayson, une fillette autiste qui s’avère être biotique et élève de l’Académie Grissom et du Projet Ascension (1). J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de cette fillette de 12 ans au sain de l’Académie.
Je terminerais par mon personnage préféré du livre. Hendel Mitra, est un ancien soldat de l’Alliance et le chef de la sécurité sur le Projet Ascension. Je ne l’ai pas apprécié dès le début, se montrant principalement bourru et strict. Mais son côté loyal et surtout protecteur vis-à-vis des enfants m’a fait l’apprécier, en plus de l’amour qu’il porte à Gillian. J’ai fini par comprendre pourquoi il agissait comme il le faisait et cela m’a fait l’apprécier encore plus.

L’histoire est toujours à la hauteur des jeux de base et ici, elle apporte un sacré complément par rapport à certains éléments des jeux, notamment concernant cette organisation pro-humaine, mais surtout concernant les Quariens, dont on sait peu de choses sur leur culture au sein de la flotte nomade. C’est ce qui fait que les Quariens sont devenus ma deuxième espèce alien préférée dans l’univers Mass Effect et m’a complètement fait changer de point de vue sur ces humanoïdes vivants de manière nomade et mal vus par les autres espèces de notre galaxie.
Les références à notre personnage du jeu font sourire et m’ont donné en quelque sorte l’impression de faire partie du livre, tout comme les mentions de ce qui se passe à la fin du jeu Mass Effect 1.

J’ai donc vraiment beaucoup aimé ce livre, que j’ai préféré au tome 1, tant à cause du personnage de Hendel que des informations sur les Quariens, qui sont pour moi deux gros points positifs à ce roman qui s’intègre parfaitement aux jeux. Je serais tentée de le mettre en coup de cœur, mais ce ne serait pas raisonnable. Quoique allez, semi-coup de cœur ! C’est tranché… histoire de le mettre au-dessus du précédent.

(1) Le Projet Ascension est un projet de l’Alliance permettant de développer  et d’étudier de jeunes biotiques. Les biotiques sont des personnes – humaines ou non – ayant des capacités spéciales telles que la lévitation, la télékinésie ou bien encore la création de barrière protectrice, parmi tant d’autres. Chez les humains, la biotique se manifeste chez les sujets ayant été exposés à l’élément zéro. Je ne vais pas en dire plus, c’est expliqué plus en détail dans le livre, j’explique juste le concept rapidement.

___

___
Avis des partenaires :

_____
_____
_____

Révélation de Drew Karpyshyn

mass-effect-révélationminiFait partie de : Mass Effect (Tome 1/4)
Nb. pages : 379
Date de parution : 16 février 2012
Éditions : Milady
Prix : 8.20 €
Genre : Science-Fiction / Gaming

Résumé :
Les sociétés les plus avancées de la galaxie dépendent toutes de la technologie des Prothéens, une espèce disparue il y a environ cinquante mille ans. Après la découverte d’équipements prothéens sur Mars en 2148, l’humanité, la plus jeune des espèces interstellaires, se lance aux quatre coins de l’Univers et lutte pour se faire une place au sein de la communauté galactique.

Aux confins de l’espace colonisé, le contre-amiral et héros de guerre de l’Alliance, David Anderson, explore les décombres d’une base de recherche militaire top-secrète. Les ruines sont jonchées de cadavres. Qui a attaqué la base et pourquoi ?
Kahlee Sanders, la jeune scientifique mystérieusement disparue quelques heures avant le massacre de ses collègues, est le principal suspect. Mais sa traque suscite plus d’interrogations que de réponses. Anderson, associé à un agent extraterrestre à qui il ne peut se fier, et poursuivi par un implacable assassin, lutte contre l’impossible sur des mondes inconnus et découvre une sinistre conspiration. De celles qui peuvent vous coûter la vie…



Mon avis :
J’ai eu le plaisir d’effectuer la lecture de ce tome en lecture commune avec Nathalie, du blog Nathoue Lecture.
C’est avec grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers de Mass Effect, qui se trouvent être mes jeux préférés. Alors retrouver certains personnages, certains lieux et certaines planètes de la saga, avant les événements du tout premier jeu, c’est tout simplement excellent.

L’écriture est fluide et je n’ai pas eu de mal à entrer dans l’histoire. Mais j’avoue que de connaître d’avance l’univers et les personnages doit aider un peu.
Le prologue permet de mettre en place une partie du contexte politique, de poser les personnages principaux et de se familiariser de nouveau avec le vocabulaire de la saga. Dès le premier chapitre, on entre dans le vif du sujet. L’histoire se met en place, et on reconnait bien l’univers Mass Effect qui me plaît tant.

David Anderson est militaire de l’Alliance, décoré de nombreuses médailles, héros de guerre, il a un bon instinct et il est attentif aux personnes avec lesquels il travail. Il appartient à l’espèce Humaine. C’est un personnage que j’aime beaucoup, parce que j’ai surtout pas mal côtoyé le personnage dans les jeux, même si dans ce roman, il y a je trouve de quoi s’attacher à lui.
Kahlee Sanders est une scientifique Humaine de l’Alliance, qui n’hésite pas à faire ce qu’elle croît juste. J’ai bien aimé son personnage, mais sans plus. Je l’ai tout de même trouvée moins développée qu’Anderson.
Saren est un Turien membre des Spectres, réputé pour être impitoyable et pour son utilisation de méthodes assez discutables. C’est le personnage que j’adore détester.
J’ai trouvé que le trio de personnages était assez équilibré et apportait de bonnes choses.

L’histoire est à la hauteur des jeux de base et apporte un petit complément tout à fait appréciable concernant le passé de nos trois personnages et de certains éléments des jeux. On comprend un peu mieux comment on en est arrivé à ce stade, dans le jeu Mass Effect 1, et pourquoi l’Alliance et l’espèce Humaine ont une certaine réputation auprès des autres espèces et des entités politiques.
La seule petite chose qui m’a manqué, c’est de ne pas pouvoir influencer l’histoire et les personnages comme dans les jeux. Mais ce n’est rien de grave, dans un sens, les personnages l’ont fait pour moi.

Donc, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, qui m’a permis de replonger dans un univers prenant et passionnant que j’avais découvert grâce aux jeux vidéo du même nom. Et ce fut un plaisir d’entrer dans le passé d’Anderson, Kahlee et Saren.
À présent, j’ai envie d’allumer ma PS3, et de passer toute ma soirée à jouer à Mass Effect 1.

___

___
Avis des partenaires :
Nathoue Lecture
_____

Mass Effect : Évolution + Bonus.

ME EvolutionFait partie de : Mass Effect
Scénario : John Jackson Miller
Récit : Mac Walters
Dessins : Omar Francia et Manuel Silva
Nb. pages : 112
Date de parution : 7 mars 2012
Éditions : Delcourt
Prix : 15.16 €
Genre : Science-Fiction

Résumé :
2148. Les Humains découvrent sur Mars les vestiges d’une civilisation disparue, ainsi qu’une technologie qui leur permet de voyager à travers l’espace à des vitesses supraluminiques, via des relais cosmodésiques. Mais découvrir une technologie ne donne pas forcément le droit de l’utiliser sans vergogne. Et une longue période de guerre avec d’autres espèces extra-terrestres s’engage alors…

Tandis que les premières incursions de l’espèce humaine au coeur de la voie lactée plongent l’humanité dans une guerre sans fin, le destin d’un homme est changé à jamais ! Jack Harper s’aventure au coeur de territoires aliens, là où personne n’est jamais allé. Ce qu’il découvre va le transformer au-delà de tout qe qu’il pouvait imaginer. Il deviendra l’homme le plus puissant de toute la galaxie, et le cours de l’histoire va s’en retrouver bouleversé !



Mon avis :
J’ai craqué pour un autre Comics de l’univers Mass Effect. tout simplement, parce que j’avais envie d’en apprendre plus sur le personnage de Jack Harper.

Encore une fois, on retrouve Mac Walters, le scénariste des jeux Mass Effect 2 et 3, et c’est un pur bonheur. cela permet de retrouver un univers fidèle, puisqu’il est à l’origine du récit. Le seul petit point aqui m’a manqué, est l’humour présent dans les jeux, cela est peut-être dû à l’ambiance. Mais c’est vraiment mineur, puisque tout le reste est là.
Les dessins sont toujours autant magnifiques et signés Omar Francia et Manuel Silva. Là encore, les personnages présents dans les jeux sont un peu différents, puisque transposés en version comics, mais sont toujours reconnaissables. D’ailleurs, les planètes que l’on aperçoit dans le jeu sont vraiment bien représentées.

Dans ce Comics, on retrouve principalement les Humains et les Turiens. Dont Jack Harper, un personnage présent dans les jeux Mass Effect et plus précisément dans le 2 et le 3. C’est un personnage qui a une grande importance dans les jeux, et c’est vraiment bien de découvrir ce qui l’a amené à devenir se personnage assez énigmatique. Je ne peux pas en dire plus sans révéler de choses sur les romans et les jeux.
On retrouve également un personnage Turien très important dans le premier jeu vidéo, et j’ai trouvé très intéressant également de voir ce qui l’a lui aussi amené à devenir celui qu’il est dans les jeux. Et on comprend un peu mieux ce qui aura amené ces deux personnages à agir de cette manière dans les jeux et de découvrir une petite partie de leur passé, mais qui a une grande importance quant à leurs futurs agissements.

L’intrigue est drôlement bien menée et je ne me suis pas du tout attendue à la révélation finale sur l’objet de leurs recherches. Mais quand on a joué aux jeux vidéo, on fini par faire quelques associations et mettre les morceaux manquants bout à bout et comprendre un peu plus de choses.
L’ambiance est sombre et sert l’intrigue et les personnages.

Il y a également deux Comics bonus à la fin. Incursion, centré sur Aria T’Loak, que l’on découvre dans Mass Effect 2 et que l’on reverra dans le Comics Invasion. Et le Comics Inquisition, centré sur le Capitaine Bailey, présent dans les jeux dès Mass Effect 1 et se concentre sur un fait dont on n’a pas connaissance dans les jeux. C’est le Comics bonus qui m’a le plus surpris.
ATTENTION, LE COMICS INCURSION CONTIENT DES SPOILERS SUR LA FIN DE MASS EFFECT 1 !

Pour conclure, Évolution est un très bon Comics, permettant de mieux cerner deux personnages aux rôles importants dans les jeux. Si vous aimez l’univers Mass Effect, n’hésitez pas avec celui-ci.

_____
______
Avis des partenaires :
______

Mass Effect : Rédemption

ME RédemptionFait partie de : Mass Effect
Scénario : Mac Walters
Dialogues et adaptation : John Jackson Miller
Dessins : Omar Francia
Nb. pages : 88
Date de parution : 13 mars 2013
Éditions : Panini Comics
Collection : 100% Fusion
Prix : 12.50 €
Genre : Science-Fiction

Résumé :
Le Commandant Shepard, héros vénéré de l’espèce humaine, a disparu au terme de Mass Effect. Son amie, le Dr Liara T’Soni, se lance dans une mission périlleuse au coeur des systèmes terminus pour le retrouver.



Mon avis :
La saga Mass Effect était à l’origine une trilogie de jeux vidéo étendue à l’univers du Comics et du roman par la suite. Le Commics Mass Effect : Rédemption se situe entre Mass Effect 1 et Mass Effect 2 et sert donc d’introduction à ce dernier.

Ici, on retrouve Liara T’Soni qui part à la recherche du Commandant Shepard, porté disparu à la fin du premier jeu (notez qu’il est plutôt difficile de ne pas spoiler l’histoire des jeux, j’ai fait de mon mieux pour faire au plus vaste).
Tout d’abord, les dessins sont superbes, même si au final un peu différents de certains visuels du jeu. Mais pour rassurer les fans, on s’y retrouve et on reconnaît facilement les différents lieux et personnages.

Le gros plus de ce Comics, c’est le scénario qui a été réalisé par Mac Walters, qui se trouve être le scénariste des jeux Mass Effect 2 et 3. Donc, on reconnaît bien l’univers, le caractère de certains personnage et il y a de la cohérence entre tous ces différents éléments. L’histoire en elle-même n’est pas inédite, puisqu’elle est évoquée dans les jeux vidéo. Mais justement, c’est intéressant d’avoir ce passage de l’histoire de Liara au complet et plus en détail.

Les personnages sont comme dans le jeu. Et surtout ça fait plaisir de retrouver une Liara qui est prête à tout pour retrouver le Commandant Shepard. Je ne parlerais pas des autres personnages ou groupes de personnages qui sont présents dans ce Comics, car pour moi cela spoilerait les jeux, pour ceux qui n’y ont pas encore joué et qui voudraient découvrir cet univers passionnant.

Le seul problème que j’ai eu, ce fut au niveau de la traduction des noms de certaines races extraterreste. En effet, certaines sont bien traduites, mais pour d’aurtres le nom original (anglais) est gardé et remixé à la française et cela peut quelque peu destabiliser le lecteur qui a l’habitude des traductions françaises dans les jeux. Mais c’est vraiment tout ce qui m’a un bref instant gêné. Petit exemple : Salarian (anglais) est traduit par « Galarien » dans les jeux vidéo en VF ; dans le Comics cela donne « Salarien ».

En conclusion, ce Comics est une très bonne découverte, pour la grande fan de Mass Effect que je suis depuis peu. C’est une introduction parfaite à Mass Effect 2, dont les dessins sont vraiment superbes.

_____
______
Avis des partenaires :
______