Les Pierres Elfiques de Shannara de Terry Brooks

couverture-shannara-blog
Fait partie de :
 Shannara  (2/26)
Nb. pages : 483 (1435 Intégrale)
Date de parution : 16 septembre 2015
Éditions : J’ai Lu
Format : Semi-poche | Intégrale 1
Prix : 16.90 €
Genre : Fantasy

Résumé :
L’Ellcrys, le fabuleux arbre magique des elfes, se meurt. Avec lui disparaît l’enchantement ancestral qui maintenait fermée la barrière entre notre monde et celui des démons ; ces derniers ont une revanche à prendre. Le dernier espoir des nations repose sur les épaules de la jeune elfe Amberle. Elle doit emporter une graine de l’Ellcrys dans un endroit mystérieux afin de générer une nouvelle force protectrice pour le monde, et le temps presse ! Wil Ohmsford sera désigné pour l’accompagner dans cette quête périlleuse. Mais les démons ne l’entendent pas de cette oreille, et envoient à leurs trousses le plus redoutable d’entre eux : le Faucheur. L’Ellcrys doit survire, mais à quel prix…



Mon avis :
Chose que je ne fais jamais, j’ai enchaîné deux livres d’une même saga. Et chose que je fais encore moins, c’est attaquer une saga de plus de sept livres, n’aimant pas les sagas à rallonge. Mais cette saga fera clairement exception à cette règle, étant donné le superbe univers qui pourrait être développé par la suite.

Dans ce deuxième livre se déroulant cinquante ans après le tome 1, on suit Wil Ohmsford, qui se trouve être le petit fils de Shea Ohmsford. Wil souhaite devenir guérisseur et aura bataillé pour arriver à être formé par les meilleurs, jusqu’au jour où Allanon vient le trouver et le persuade de le suivre pour protéger une jeune femme pouvant sauver les Quatre Terres. Ainsi commence cette grande aventure.

Comme pour le premier tome, c’est dès les premières pages, que j’ai été happée par l’histoire et l’écriture. Je me suis encore une fois délectée des descriptions dont je ne me lasse jamais, qu’il s’agisse des paysages, des lieux, des créatures, des personnages, ou de leur pensées, et même celles des batailles. On a dès le début quelque chose d’important qui arrive, et cela a contribué au fait que là encore, je n’ai pas pu lâcher ce récit. Et ici, plus de copier/coller du Seigneur des Anneaux ; Terry Brooks à parfaitement commencé à développer son propre univers auquel j’adhère complètement.

On retrouve très peu de personnages du précédent livre. Je n’en citerais que deux, pour le reste, je parlerais des principaux, mais vous commencez à avoir l’habitude.
Wil Ohmsford est donc le petit fils de Shea Ohmsford. Il a donc lui un héritage elfique de par son grand-père. J’ai apprécié son personnage, qui plus que tout souhaite devenir guérisseur et dont les plans vont être chamboulés par l’arrivée d’Allanon. Tout comme j’ai apprécié sa détermination, le fait qu’il ne recule pas devant le danger, son ingéniosité qui par moment pouvait aggraver la situation même si au départ l’idée était bonne. J’ai aussi beaucoup aimé sa relation avec Amberle.
Amberle est la petite fille d’Eventine Elessedil, roi des elfes. Elle a décidé de s’exiler de son pays sans donner d’explications à sa famille, et est partie s’occuper d’enfants dans un petit village des Terres du Sud, pour leur apprendre entre autre à respecter la Terre. J’ai eu un peu de mal au début, puisqu’elle est assez peu bavarde, ne parlant quasiment que de plantes ou étant renfermée. Le fait de ne pas vouloir retourner chez elle en est un grand facteur. Elle reste cependant très indépendante tout au long du voyage et fini par s’ouvrir un peu et c’est là que j’ai commencé à m’attacher un peu à elle.
Ils croisent le chemin d’Eretria, une vagabonde charmeuse, incroyablement belle, qui ne manque pas de culot et qui n’hésite pas à essayer de charmer Wil.
Allanon, pour sa part est toujours aussi mystérieux, même si je suis certaine à présent que si j’avais un peu plus fait attention à ce qu’il a dit et fait tout au long du roman, j’aurais peut-être percé un peu plus de ses mystères. Il reste toujours aussi habile dans le choix de ses mots, pour persuader les gens de se rallier à sa cause.
Ander Elessedil est le fils cadet du roi des elfes. Il est de loin mon préféré dans ce livre. Il aime les livres, ne s’encombre pas du protocole dû à son rang de prince et est patient et est diplomate. J’ai aimé le fait qu’il soit partagé entre ce qu’il ressent et le fait qu’il y ait un faussé qui se creuse de plus en plus entre lui et son frère aîné avec lequel il était portant proche dans le passé ; en ajoutant le fait qu’il n’est pas doué pour exprimer ses sentiments à son père, qui semble avoir une préférence pour son frère Arion qui ne semble avoir beaucoup d’hostilité envers lui.
Stee Jans est le commandant du régiment libre de la Légion. Je ne le considérerai pas comme un personnage principal, mais il se trouve qu’il arrive à la deuxième place dans mes personnages préférés des Pierres Elfiques de Shannara. J’ai aimé sa loyauté envers un peuple qui n’est pas le sien et surtout sa résistance ; c’est un homme qui semble invincible et qui est prêt à sacrifier sa vie pour sauver les autres.

En ce qui concerne l’histoire, cette fois, plus de déjà vus et de scènes sortant tout droit du Seigneur des Anneaux. C’est d’ailleurs peut-être ce qui fait que j’ai plus apprécié ce roman au premier. J’ai même eu des surprises, et surtout à la fin. J’ai trouvé cette fin tellement géniale et surprenante… et pourtant, je fini par me dire que j’aurais dû m’en douter vu tous les indices éparpillés ; mais non, j’étais tellement dans l’univers, avec les personnages et ce qui leur arrivait que je n’ai absolument rien vu venir. J’ai également apprécié que l’on ait plus de révélations concernant les différentes races des Quatre Terres et l’histoire de ce monde post-apocalyptique.

Ce deuxième tome est pour moi une réussite et un coup de cœur. Les personnages sont toujours le point fort, ainsi que les relations entre les personnages que ce soit du côté de la famille Elessedil ou des compagnons de Wil.
J’évite pourtant d’enchaîner les livres appartenant à une même trilogie/saga, mais c’est avec empressement que je vais de suite me plonger dans la lecture de L’Enchantement de Shannara.

Coup de coeu

__
__

Publicités

L’Épée de Shannara de Terry Brooks

couverture-shannara-blog
Fait partie de :
 Shannara  (1/26)
Nb. pages : 522
Date de parution : 16 septembre 2015
Éditions : J’ai Lu
Format : Semi-poche | Intégrale 1
Prix : 16.90 €
Genre : Fantasy

Résumé :
Lorsque Shea Ohmsford vit pénétrer l’étranger dans l’auberge, il sentit que son destin venait de basculer. Qui aurait pu deviner qu’il était, lui, le paisible demi-elfe vivant au sein de sa famille d’adoption à Valombre, le dernier héritier de la lignée de Jerle Shannara ? Jerle, dont l’épée permit, il y a cinq cent ans de cela, de détruire le maléfique Roi-Sorcier Brona et ses hordes démoniaques. Or voilà qu’il se murmure, dans les lointaines Terres du Nord, que le Roi-Sorcier est de retour, et qu’il réunit ses armées pour déferler à nouveau sur le monde. Seul un descendant de Jerle, portant la légendaire épée de Shannara, pourrait défaire le mal. Shea acceptera-t-il cet oracle trop grand pour lui ?



Mon avis :
J’ai eu envie de me lancer dans l’univers de Shannara, suite à l’annonce de la série TV Les Chroniques de Shannara, qui commence au tome 2. Comme d’habitude, j’ai mis un temps fou à le sortir de ma PAL, jusqu’à l’arrivée du Blu-ray il y a quelques semaines.

On suit Shea Ohmsford, dernier héritier de Shannara, qui va se voir embarquer malgré lui dans une aventure semblable sur bien des points au Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Cependant, malgré les ressemblances il y a tout de même du très bon.

J’ai dès les premières pages été attirée par l’écriture. Les descriptions ne sont pas de trop ; j’ai même en quelque sorte eu l’impression que les paysages, les décors décrits étaient des personnages  à part entière. Je n’arrivais plus à décrocher de ce récit. L’action met un certain temps à débuter, mais cela ne m’a pas du tout gêné, au contraire. J’aime bien que les récits de Fantasy débutent lentement.

Les personnages sont extrêmement attachants. Il n’y en a pas un que je n’ai pas aimé, à part peut-être le Roi-Sorcier. Je me méfiais de certains, mais pas au point de ne pas les aimer.
Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé Shea, l’héritier de Shannara, qui au départ mène une vie des plus normales à Valombre, où il tient une auberge en compagnie de son père et de son frère. Il doute beaucoup tout au long de l’aventure et même à la fin, mais j’ai beaucoup aimé son évolution et sa relation avec son frère.
En second, j’ai envie de parler d’Allanon, sans qui Shea n’aurait rien découvert sur sa lignée. Allanon est un personnage mystérieux, sûrement celui qu’il l’est le plus et le reste toujours un peu à la fin du livre, même s’il est vrai que nous avons quelques révélations à son sujet. Son côté mystérieux, m’a fait à de nombreuses reprises m’interroger à son sujet et à propos de ses motivations.
J’ai ensuite beaucoup apprécié les deux frères Elfes, Durin et Dayel. J’ai aimé leur complicité et l’innocence et la fraîcheur de Dayel, le frère cadet. C’est d’ailleurs pour le cadet que j’ai eu une préférence.
Menion Leah est un de mes autres préférés. J’ai beaucoup aimé son humour, son côté aventurier, son amitié avec Shea et ses différents avec Flick, le frère de Shea.
Comme d’habitude, je termine avec le personnage que j’ai le plus aimé du livre : Balinor, le commandant de la Légion Frontalière. Il aura vraiment été mon personnage coup de cœur de ce premier roman. Ce sont à la fois, sa force, son courage, sa loyauté, l’amour qu’il porte à son frère, son père et surtout à son royaume qui m’ont fait craquer pour le frontalier.
Je ne parle ici que de ceux qui sont mes préférés, car il y a de nombreux personnages que l’on suit tout au long du roman – ils sont une quinzaine, si je n’en oublie pas. Cela allégera ma chronique et permet également de garder un peu de suspens.

L’histoire a de nombreux déjà vus, puisque certaines scènes sont quasi identiques à celles du Seigneur des Anneaux. Je conçois très bien que la ressemblance puisse empêcher certains lecteurs d’apprécier le roman ; cependant, pour ma part cela n’a pas été le cas. Certes, il y a d’énormes ressemblances avec l’oeuvre de J.R.R. Tolkien, mais j’ai réussi à voir ce qu’il y avait derrière et autour. L’histoire est distillée tout au long du roman, laissant quelques passages avec du mystère et/ou du suspens, même si parfois on se doute bien de la tournure que tel passage va prendre. Sur la fin du roman, on sent que Terry Brooks se détache de l’histoire de Tolkien et tend à développer son propre univers. Je reste persuadée que les prochains romans se déroulants dans l’univers de Shannara sauront se détacher de l’univers de Tolkien.

J’ai donc beaucoup aimé ce livre, malgré le sentiment de lire par moments Le Seigneur des Anneaux. L’auteur aura su s’écarter des parallèles à Tolkien, pour commencer à trouver sa propre identité. Pour moi, les personnages sont l’un des points forts de ce roman, avec les lieux et ce mélange de fantasy et de post-apocalyptique qui sera peut-être plus exploité dans la suite de la saga.
C’est avec plaisir que je continuerais la saga.

__
__