La Stratégie Ender de Orson Scott Card

La Stratégie EnderFait partie de : Le Cycle d’Ender (Tome 1/6)
Nb. pages : 380
Date de parution : 2 octobre 2013
Première parution France : 1986
Éditions : J’ai Lu
Collection : J’ai Lu science-fiction
Prix : 6.56 €
Genre : Science-Fiction

Résumé :
Andrew Wiggin, dit Ender, n’est pas un garçon comme les autres. Depuis sa naissance, ses faits et gestes sont observés par l’intermédiaire d’un moniteur greffé dans son cerveau. Car ceux qui l’ont conçu ambitionnent de faire de lui le plus grand général de tous les temps, le seul capable de sauver ses semblables de l’invasion des doryphores. Et alors qu’Ender suit pas à pas le chemin de son apprentissage de guerrier, ses créateurs mesurent la gravité de leur choix : en donnant naissance à un monstre, n’ont-ils pas damné l’humanité elle-même ?



Mon avis :
C’est la bande annonce du film, qui m’a amenée à lire ce livre. J’ai donc attendu la sortie de la nouvelle édition, avant de l’acheter.
La bande annonce est centrée sur l’action, ce qui est tout le contraire de ce livre. Cette lecture aura été un très très gros coup de cœur.

Nous suivons Ender, le Troisième de la famille Wiggin, dans un monde où les naissances sont généralement limitées à deux enfants, à cause de la surpopulation de la Terre. Ce jeune garçon de six ans a été surveillé par le biais d’un moniteur (comme les autres enfants) et maltraité par ses camarades de classes et son grand-frère. Il partira ensuite pour l’École de Guerre, où il sera formé dans le but défendre la Terre contre une troisième invasion des doryphores (extra-terrestres insectoïdes). À partir de là, commence une nouvelle vie pour Ender au sein de l’École de Guerre et autant dire que la formation d’Ender fait partie d’un plan à beaucoup plus grande échelle.

Chaque chapitre commence avec un dialogue entre des professeurs et des membres de la F.I. (Flotte Internationale), ce qui nous donne un point de vue extérieur sur ce qui arrive à Ender et qui démontre toute l’horreur de ce qu’il subi. Et par cela, on peut clairement dire qu’on lui a volé son innocence.
Les personnages sont très bien, mais celui que l’on voit le plus est Ender, puisque une très grande majorité du récit ce déroule selon son point de vue. C’est un enfant attachant, qui n’a pas eu une enfance facile, mais il est tout de même difficile de le considéré comme un enfant. En effet, Ender n’agit et ne parle pas comme un enfant, alors qu’au début du roman, il n’a que six ans ! Son personnage est très attachant, on ressent ce qu’il ressent, on le comprend… c’est rare, je trouve de comprendre un personnage à ce point ! Et je trouve ça génial, car on a l’impression de le connaître. Le parcours d’Ender n’est pas de tout repos pour lui, car les militaires le poussent dans ses propres limites et certains camarades s’en prennent à lui. C’est assez dur à supporter pour Ender et pour le lecteur également, car on se prend d’affection pour lui. C’est un personnage dont le mental évolue beaucoup dans les années durant lesquelles nous le suivons.
La majeure partie du roman se déroule à l’École de Guerre, donc certains pourront trouver certains passages assez long. Cela n’a pas été mon cas. Je ne me suis pas ennuyée ! On suit les confrontations entre les différentes armées de l’école, la vie dans l’enceinte de l’école, les relations entre les élèves, les rivalités et tout ça se lit très bien.
Les stratégies militaires ne sont pas extrêmement complexes, ce qui fait que l’on arrive à suivre et on s’intègre bien à l’univers. D’ailleurs, la technologie utilisée dans le livre est à la pointe de la technologie, car les personnages disposent de réseaux sociaux et de sortes de tablettes ou ordinateurs portables… et le livre à été écrits en 1985 (il y a 28 ans).
L’histoire suit une évolution régulière et est logique. Il y a des révélations auxquelles on ne s’attend pas, notamment à la fin du roman, soit dans les deux derniers chapitres. J’ai vraiment aimé ces révélations et le fait qu’elles ouvrent quelque chose d’intéressant pour la suite du Cycle d’Ender.
Ce livre nous fait beaucoup réfléchir et on se pose plein de questions et pas forcément sur l’histoire, mais des questions comme : jusqu’où peut-on pousser les limites de quelqu’un ? Dans quelles mesure doit-on livrer une guerre face à un opposant dont nous ne savons rien et avec qui nous ne pouvons pas communiquer ?

L’auteur a fait un très très bon travail avec ce livre. Moi qui ne suis pas du tout SF (surtout dans l’espace), j’ai été charmée et emportée par ce superbe récit, qui n’est pas basé sur l’action, mais sur la psychologie. C’est un récit humaniste et centré sur un jeune garçon.
Je ne peux que vous le conseiller.

Ce roman a également reçu les Prix Hugo et Nebula !

______
______
Coup de coeu

 

__

__Bande annonce du film :

__

___
Avis des partenaires :
______

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s